Mon conseil à la CAMPOST après le bad Buzz sur les réseaux sociaux

1 347

Si le Directeur Général a été impliqué à travers un communiqué, cela prouve qu’il s’agit bien d’un buzz, mais malheureusement, mauvais pour la CAMPOST. C’est amusant de vouloir résoudre un « badbuzz » par un communiqué. On a l’impression que tout le personnel de CAMPOST jusqu’au Directeur Général n’ont pas compris l’importance du social média marketing. Je vais dans cet article apporter des éclaircissements et des conseils à la CAMPOST en espérant qu’il prendront des mesures pour améliorer leur stratégie de communication sur les réseaux sociaux. Comme on le dit souvent, l’erreur c’est de ne pas connaitre et de ne pas demander.

CAMPOST: pourquoi être sur les réseaux sociaux

Nous sommes à l’ère du numérique, et de nombreuses entreprises et organisations se font créer des sites web, des applications mobiles et des pages sur les réseaux sociaux. Malheureusement, nombreuses d’entre elles au Cameroun se sont lancée juste parce que le président de la république s’en ai intéressé lors de son dernier discours, et d’autres juste parce qu’ils ont vu leurs concurrents le faire. Sans stratégie et sans être des experts de la communication digitale qui exige des compétences particulières, ces entreprises se lancent.

Les réseaux sociaux, Facebook, Twitter, Linkedin, (…) sont devenus aujourd’hui de véritables médias de communication. Les Hommes, s’ils ne sont pas à longueur de journée devant la télévision, à l’écoute de la radio ou dans les kiosques pour lire la presse, seront par contretoujours connecté sur internet. A longueur de journée et quelque soit l’endroit où ils se trouvent, ils consultent leurs emails, leurs profils Facebook, leur comptes Instagram, etc. Les smartphones, tablettes et ordinateurs portables offrent cette possibilité aujourd’hui. Les opérateurs de Télécom offrent d’ailleurs des forfaits de connexion internet journaliers jusqu’à 100 FCFA. Juste pour dire que l’excuse de connexion internet n’a plus sa place au Cameroun. L’entreprise devrait donc couvrir tous ces médias de communication qui sont d’ailleurs gratuit avant de les compléter de temps en temps pas les médias radio et télévision en fonction de leurs budgets.

J’ai fais une recherche et je me suis rendu compte qu’effectivement, la CAMPOST est présente sur Facebook, Twitter et LinkedIn. Cependant, le problème comme je le disais tantôt est au niveau de la gestion de ses pages. Ci dessous des exemples de publications que CAMPOST.

  • CAMPOST sur Twitter

  • CAMPOST sur Facebook

 

Vous constaterez que les publications sont irrégulières avec des creux allant parfois jusqu’a 07 jours sans publication. Le compte publie les photos énormément pendant les événements, et après plus rien d’intéressant. La CAMPOST ne présente pas ses produits, pourtant elle devrait le faire quasiment tous les jours. Elle se présente comme une entreprise multi-métiers, à la fois opérateur des services postaux (courrier, colis, express), banque, assurance, fournisseur de services numériques (vidéoconférence, vidéosurveillance, hébergement, etc.), et des solutions e-commerce (logistique). CAMPOST ne parle d’aucun de tous ces produits et services sur les réseaux sociaux. Personnellement, je ne comprends pas les objectifs de CAMPOST sur Facebook, encore moins sur Twitter et LinkedIn. Même pour démentir la rumeur, le « Community manager » de CAMPOST a accompagné le communiqué du Directeur Général avec la phrase « A l’attention du public » sur Facebook, et sur Twitter il a dit « Cliquez sur l’image« . C’est trop plat comme message. Il aurait pu taguer des influenceurs comme Annie PAYEPFlavien KOUATCHA, Florian NGIMBIS, Chouchou MPACKO, pour leur demander très humblement de partager l’information.  Il aurait également pu ajouter des hashtags comme #Cameroun, #Emploi, (…). Il n’a rien fait qui puisse accroître la viralité de sa publication.

Ce que CAMPOST doit comprendre

La CAMPOST doit comprendre que les réseaux sociaux sont des médias libres ou tout le monde donne son opinion sur un sujet quand il le désire. Lorsqu’une organisation ou une entreprise n’est pas présente sur les réseaux sociaux pour donner la bonne information et répondre aux interrogations des internautes, ces derniers se feront une opinion et en parleront. Il faudra juste prier que leur analyse soit bonne. Pour le cas d’espèce, il peut s’agir  d’une grosse arnaque lancée par des brigands en vue d’extorquer de l’argent aux citoyens camerounais. Ce n’est pas un communiqué du Directeur Général avec la simple mention « cliquez sur l’image » qui va résoudre le problème.

C’est toute une campagne de communication digitale qu’il faut mettre en place pour corriger cette fausse information. La CAMPOST devrait par exemple rédiger sur une page de son site un article qui explique cela dans les détail, et à chaque publication sur les réseaux sociaux ajouter le lien de cette page pour que les visiteurs puissent s’y rendre pour en savoir plus. La CAMPOST pourrait pourquoi pas sponsoriser des publications pour s’assurer que le maximum de personne a été touché. Pourquoi pas aussi interviewer le responsable communication, et partager la vidéo de l’interview sur YouTube, Facebook, Twitter, Instagram, Google+, etc.

Concernant les autres produits et services de la CAMPOST, une semaine ne devrait pas passer sans qu’elle n’ai parlé d’eux dans l’ensemble sur les réseaux sociaux. Un coup d’œil sur la page Facebook de LA POSTE de France qui n’est certes pas utilisée de façon optimale pourrait dans un premier temps donner des orientations. Voilà en quelques phrases mon analyse et les conseils que je peux apporter.

Aurèle SIMO
Blogueur et consultant indépendant
(E-commerce & marketing digital)

Mon conseil à la CAMPOST après le bad Buzz sur les réseaux sociaux
Notez de 1 à 5

Commentaires

Commentaires facebook

Vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

commentaires